Ymmot

Ymmot

"Sans Titre", 2016

Techniques mixtes sur papier
32 x 24 cm

Après un passage express dans le milieu du graffiti, Ymmot fait un passage tout aussi rapide aux beaux-arts de Marseille

Le fil rouge de sa pratique est sans doute la vitesse : fusée errante lancée sur une route nationale par une nuit étoilée, Ymmot revendique la recherche permanente et l’évolution perpétuelle

La mise en doute de sa créationl'erreur, la mauvaise directionle non-choix ne sont pas des barrièrespour l'artiste tant il multiplie les expériences : de la photographie à la peinture en passant par la vidéo, le dessin, la sculpture, la réalisation de tapis, la bande dessinée et le tatouage, il compile des bribes de viepour les restituer dans son travail à la vitesse de la lumièresans artifice

Ses visages " wild faces " traduisent un monde intérieur contrasté, des flèches empruntées au graffiti dit  "wild style" mais aussi à l'univers urbain et à sa signalétique traversent ces "psycho-portraits" qui semblent également puiser dans l'iconographie de l'art moderne. Là est le paradoxe, comme si ce XXIe siècle aux repères multiplesflous et flottants ravivait la nostalgie d'un art authentique qui se trouverait peut-être à la croisée de l'art moderne, de l'art contemporain, de l'art figuratif, de l'art abstrait et du graffiti

Ymmot se considère parfois comme un chien errant, une autre figure que l'on retrouve abstraitisé dans plusieurs de ses productions.

Nocturno (un des pseudonymes de l’artiste) ne se drogue pas. C'est pourtant au sein même de transes hallucinées que l'on découvre ses personnages mi-figures mi-peintures : les yeux grands ouverts à la lumière du crépuscule, jetés hors de l'artiste et sur la toile avec une certain optimisme triste, on peut ressentir physiquement toute l'énergie et la spontanéité qui l'animent. Son geste d'un vandalisme doux, sans règles,ni direction artistique (au sens péjoratif du terme), doit continuer à faire confiance à la bonne étoile qui le guide sur les chemins sinueux qu'il explore avec foi.